Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 Mar

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Publié par veronique et marcel

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

La légende de cette photo vous la trouverez un peu plus loin sur cette page si vous avez la patience d’aller jusqu’au bout …..

Après Bogota , nous nous sommes dirigés vers Carthagène des Indes. Un nom pareil ne peut que faire rêver.

Nous nous trouvons dans le Nord de la Colombie, sur la côte Caraïbe. Nous retrouvons chaleur, moiteur, et couleurs.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

L’Espagnol avec un tel accent Créole, nous n’avions pas encore donné. Ils ne prononcent plus, par exemple, « agua » mais plutôt « aoua », le tout ramené à notre maîtrise de la langue proche du « mainate » nous augmente les plaisirs de la communication …..

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Une citadelle composée elle-même de 7 fortins et une ceinture de 11 kilomètres de remparts protègent la vieille ville bâtie en 1533 qui fut pendant près de trois siècles un bastion du Royaume d’Espagne en Amérique du Sud.

Principal port de transit de tout l’or Aztèque et Incas, mais aussi un important centre de la traite des esclaves.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE
DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE
DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE
DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE
DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Une pure merveille que cette ville classée au patrimoine de l’humanité de l’UNESCO.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Négociations sur le prix d’un Panama beaucoup moins cher que dans le pays du même nom.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Ils sont tombés d’accord.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Ou en d’autres termes, comment faire une réservation de billets d’avion au frais dans un parc grâce aux moyens de communications modernes.

Les lunettes ne sont pas pour faire plus intellectuel… C’est surtout que c’est écrit trop petit sur le téléphone et en plus en Espagnol…

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Image choquante de bord de route au moment de notre transfert plus au Nord vers Santa Marta.

Récolte de sel marin au milieu des détritus, et dire qu’il y a des familles qui vivent là dedans

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Et puis, il y a eu ceci… pour reparler de la légende de la photo de tête.

Dans la quantité de films et de reportages que nous avons enregistrés sur des disques durs, il y a entre autre un numéro de fin 2013 de l’émission de France 3 « faut pas rêver » sur la Colombie.

En regardant ce numéro dernièrement, nous avons pu revoir une partie de reportage sur « La Ciudad Perdida » et je m’étais bien promis de ne jamais participer à une telle expédition de malade…..

Une nouvelle fois, j’aurais du fermer ma « G »…..

Tout a commencé par deux heures et demi de 4X4 pour nous emmener dans la montagne de la Sierra Nevada (le pic Cristobal Colon culmine à 5775 mètres et est situé seulement à 42 kilomètres de la côte Caraïbe).

Nous resterons tout de même dans des altitudes tout à fait raisonnables.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Nous avons signé avec une communauté indigène, les WIWAS pour un trek de 5 jours.

Et nous voilà embarqués avec 6 jeunes d’âge moyen de 28 ans qui eux ont choisi de le faire en 4 jours….

En fait nous n’en avons que moitié plus qu’eux !!!!!

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Et en avant pour une cinquantaine de kilomètres de marche.

Parties jungle.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Et parties plus arides.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Mais toujours dans des paysages de folie.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Notre premier guide Wiwa.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Même les mules en bavent.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Arrivée après deux heures et demie dans notre premier campement pour la nuit.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Vite, vite un bain pour récupérer du coup de chauffe.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Notre dortoir pour la nuit en hamacs.

Le mien était tout de même un peu petit et j’ai passé une bonne partie de la nuit à éviter de tomber….

Pas vraiment envie de cohabiter au sol avec des « trucs » qui rampent pendant la nuit.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Femmes Wiwas en train de fabriquer une mochila (petit panier extrêmement solide réalisé fibre de yucca.) et notre guide pour la suite, Rafaël.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Repas remarquablement charpentés, beaucoup de sucres lents et sucres tout court.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Réveil dès 5 heures pour partir au petit jour.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

La femme et un des enfants de Rafaël nous accompagnent (et rapidement nous précédent) pour cuisiner les repas aux étapes.

Les réserves de nourriture sont portées par la mule.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Mais dans quel truc de « barjo » nous nous sommes embarqués !!!

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Une succession de dénivelés comme celui-ci dans la jungle par plus de 30°….

Je vous laisse imaginer l’état dans lequel nous étions.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Pause déjeuner.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Traversée d’un village Kogis.

Une des quatre communautés indigènes de la Sierra Nevada.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Bon et bien c’est reparti pour une nouvelle ascension.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

C’est local mais pas plus de deux personnes en même temps.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

C’est bien par ici…..

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE
DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Au petit matin du troisième jour, une nouvelle fois un réveil à 5 heures mais cette fois pour être les premiers à monter à la « Ciudad Perdida »

Le détail « qui tue » c’est la dernière ascension qui est composée d’un escalier de 1200 marches (ou plutôt pierres et bien entendu aucune n’est de la même hauteur que sa voisine).

Je commence à comprendre pourquoi, ils sont tout petits……

C’est sûrement pour pouvoir monter à quatre pattes….

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Après les 1200 marches, un dernier effort de « grimpette »

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Et voici notre récompense….

Nous aurons la chance inouïe d’avoir tout le site uniquement pour nous pendant 2 heures et demie.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

La « Ciudad Perdida » a été découverte par des pilleurs de tombe en 1975 ; ils avaient découvert ce fameux escalier.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Merci Rafael de nous avoir communiqué quelques informations sur ta culture.

Regardez bien ce qu’il tient dans ses mains.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Le fameux « Poporo ».

Symbole de la virilité.

Alongueur de journée cet objet étrange ne le quitte jamais.

La base (partie marron) est constituée d’une sorte de calebasse remplie de poudre blanche… (Non ce n’est ce à quoi vous pensez même si nous sommes en Colombie…)

En fait c’est de la poudre de coquillage.

Il plonge le bâton dans la calebasse, en ressort un peu de cette poudre qu’il porte en bouche pour la mélanger aux feuilles de coca qu’il mâche continuellement.

Il frotte ensuite le bâton sur le col de la calebasse déposant les restes de poudre humide.

Dans la journée lorsque deux indigènes se croisent, ils ne serrent pas la main, mais plongent cette dernière dans le sac de l’autre pour en extraire quelque feuilles de coca.

Il nous en sera remis quelques feuilles à chacun (avec interdiction de les porter en bouche) pour faire une offrande avant de pénétrer dans la cité.

La culture de la coca est autorisée pour ces familles pour leur consommation personnelle.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Pour changer des hamacs, nuit dans des lits bat flancs.(Quoi, même pas de clim… )

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Super, même des sanitaires… Et je peux vous garantir qu’ils furent appréciés…

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Puis ce fut la redescente elle encore assez éprouvante.

Bien entendu, nos cinq jours prévus au début se sont transformés en 4 jours pour rester avec le groupe constitué.

Ce qui nous rassure c’est que les jeunes étaient dans le même état de fatigue et de sensibilité musculaire que nous.

Et même une petite fierté personnelle d’être félicités, tous les deux, par les jeunes d’avoir réussi.

La grande différence va surtout résider dans leur récupération qui sera plus rapide que la nôtre.

DE CARTHAGENE DES INDES A LA CITE PERDUE

Difficulté de ce parcours mais quel bonheur d’y être arrivés.

La suite de notre périple s’oriente maintenant vers la ville de Medellin où nous allons rester 4 ou 5 jours.

Les deux « fracassés » Véronique « Tomb Raider » et Marcel « Indiana Jones » vous disent

A bientôt.

Commenter cet article

SAUNIER 27/03/2016 09:17

Bonjour !
quel plaisir de suivre votre chouette voyage , sans bouger de l' ordi ..... hummmm !
J' ai bcp aimé toutes ces petites villes très très colorées . Ce sont des gens avec la joie au coeur !
J' aime aussi énormément " BOTERO " ....
Enfin , quel truc de " OUF" que vous faites ! Faut du culot et du courage .... !!! Vous avez raison car en France çà pue ! !!!!!
bien amicalement . Brigitte Saunier

Christine 21/03/2016 19:20

Magique, magnifique quel bonheur de vous voir vire tout cela... Le chapeau te va très bien Véro... Bisous Chris

Michel et Coco 19/03/2016 08:19

Hello Tomb Raider et Indiana Jones,
Quel merveilleux et vivant reportage ! Notre voyage en Amérique du nord va nous paraître bien fade après ça... :-)
Allez, reprenez des forces...
Bises et amitiés de nous deux

Archives

À propos